(non, j’ai pas trouvé mieux comme titre !)

On continue dans la série « c’est vous qui décidez » avec une autre demande spéciale exaucée aujourd’hui : « Christelle, Christelle, donne-nous une bonne recette de blinis, s’il te plait ! »* Contrairement à la tarte au citron, les blinis faits maison je n’avais encore jamais essayé. Mais j’aime repousser les limites du blog, vous savez-bien, alors sans plus attendre, faisons connaissance avec…

La recette n°1: le blini au saumon (mon préféré !)**
(c’est parce qu’il y a deux recettes ! Un billet 2 en 1, je vous gate !)

Mais avant, une confession. En vrai, quand on m’a demandé une recette de blinis, j’ai pensé : « eh bien mon bon lecteur, va voir dans mes archives et inspire-toi de la recette de pancakes au buttermilk » qui me semblait toute indiquée. Après coup, j’ai eu un peu honte d’avoir exprimé -en mon fort intérieur- de telles pensées (impures) (traîtres) pour mes gentils lecteurs, alors j’ai décidé de pimper la recette de base des blinis en ajoutant de la ciboulette, de l’aneth et des graines d’anis dans la pâte pour me faire pardonner. (comment ça, ça ne suffit pas ?)


Quitte à en préparer pour la première fois de ma vie, j’ai également poussé l’expérience un peu plus loin (rien d’extrême, rassurez-vous) et testé une deuxième recette de blinis à la farine de sarrasin et graines de cumin : le traditionnel blini Russe, en fait (les graines de cumin en moins).

Recette n°2 : blini à la farine de sarrasin, graines de cumin et tapenade


Et vous l’aurez compris, la recette des blinis est donc très versatile et permet bien des adaptations : en utilisant et mélangeant plusieurs types de farine (blanche-sarrasin, complète-noire, de froment, etc.), en ajoutant des herbes aromatiques à la pâte (ciboulette, aneth et pourquoi pas basilic, romarin… aussi loin que votre imagination et vos goûts le permettent), des graines (anis, cumin, sésame, pavot) et même des mini-dés de tomates séchés, de saumon fumé ou des zestes de courgettes frites (hey pourquoi pas ?), des bébés épinards, etc., etc. : le blini, c’est le nouveau muffin !


Et biensûr tout ce que vous ne mettez pas dans le blini, vous pouvez le mettre dessus ! (l’étaler, en bon Français) : tapenade d’olives (ci-dessus), pesto de tomates séchées et graines de sésame noir (ci-dessous), yoghourt nature+ jus de citron vert + feuilles de menthe fraîches… là encore les possibilités sont infinies !

Enfin, je nous vous ai pas parlé de la cuisson -qui est d’une simplicité enfantine : d’un seul geste on dépose un peu de pâte dans une poêle chaude : on fait revenir une minute d’un côté (le blini se décolle de lui-même quand il est doré- magique !), on le retourne, lui redonne un petit 30 secondes au chaud et voilà !

De quoi changer vos apéros à tout jamais ! À bientôt !

_____________________

* « Papa, papa donne-nous du Kinder Chocolat ! » ;)
** Là, il y a une deuxième référence à une publicité de ma jeunesse, mais je vais m’arrêter car j’ai peur de passer pour une has-been avec mes références qui datent… je ne comprends déjà plus mes cousins de 15 ans quand je rentre en France… un cour d’expressions Françaises de djeuns quelqu’un ?