Je suis méga borderline mais encore à l’heure pour vous dire que je participe au concours de photo culinaire organisé par Isabelle de L’Oreille Culinaire, Dorian et Pascale.
Après tant de suspense, je vais enfin vous révéler pourquoi j’ai choisi le ghraybeh comme gâteau d’enfance. Loin de moi l’idée de vouloir faire pleurer dans les chaumières, mais bon je me lance quand même… je vous aurais prévenu !

Previously on My life…
Je devais avoir 7 ou 8 ans, pas plus. Ma mère venait encore me chercher à l’école à cet âge-là. Oui, une mère Syrienne, c’est très protecteur, et puis à cet âge-là, on est encore un enfant.
Je sortais toujours de l’école accompagnée de ma meilleure amie et d’autres copines. Puis, avec ma mère, on rentrait à pied jusqu’à la maison en raccompagnant mes amies par la même occasion.
À 16h30, c’est l’heure du goûter. J’ai toujours eu faim à 16h30 (et encore aujourd’hui). Ma mère le savait sûrement et c’est pourquoi cet après-midi-là, elle était venue à la sortie de l’école avec une belle boîte de ghraybehs frais. Ces mêmes ghraybehs que j’avalais goulûment à la maison et dont le sucre glace me tartinait la face, et les doigts, et le pull (nous étions des enfants libres).

Mais, en France, pour des gamines de 8 ans, un ghraybeh, c’est pas vraiment ce qu’on attends de l’heure du goûter. Ma mère, avec toute sa bonne volonté de maman, me disais :
« regarde, rabibi*, je t’ai apporté tes pâtisseries préférées : des ghraybehs (prononcez-le d’une voix gutturale, avec l’accent arabe) et moi je savais, JE SAVAIS, que mes copines allaient me sortir quelque chose du genre « ahhh, mais c’est quoi ce truc ? Ah mais c’est bizarre, c’est tout blanc… Non, on n’en veut pas. Non, on n’aime pas ça (T’AS JAMAIS GOÛTÉ P***!!!)… Ils sont où les pains au chocolats ? »

Et ça n’a pas loupé… évidemment.
À l’âge où l’on n’assume PAS DU TOUT sa différence culturelle, ses origines… de quel pays déjà ? L’Arménie, où ? Le Liban, hein ? La Syrie ? Non, vraiment je ne vois pas…
À cet âge où on veut justement se fondre dans la masse, NE PAS ÊTRE LA FILLE QUI MANGE DES GÂTEAUX BIZARRES… Et bien, c’est à ce moment-là que la maman téméraire choisie d’apporter à la sortie de l’école une boîte pleine de ghraybehs.

J’avais honte, honte de moi, honte de ma mère qui avait insisté pour proposer des ghraybehs à mes copines (oui, elle est polie) et encore plus insisté auprès de moi, en me demandant d’un air blessé : « bah, tu n’aimes plus ça ? ».

Aujourd’hui cette anecdote me fait beaucoup sourire. Mais en y repensant et en la racontant, j’ai toujours un petit pincement au cœur. Après cet épisode, ne croyez pas que j’ai fui les ghraybehs… Non, non, je suis bien trop gourmande. En rentrant à la maison cette fois-là, j’ai même fini par me jeter sur la boîte en lâchant un : « bon puisque tu insistes tellllllement » à ma mère (ô enfant martyr !). Mais, là, dans l’intimité du nid familial, on ne me jugeait pas.

J’ai grandi et biensûr tout ça a changé. Ce n’est plus la honte d’être différente que je ressens, mais bien le contraire. Loin d’être une patriote, je suis fière de ces origines et de ces différences culturelles qui font de nous tous qui l’on est. Qui font ce que je suis devenue. Qui font qu’aujourd’hui, sur mon blog- qui au passage manque cruellement de recettes sucrées; alors que- je suis une fille super sweet (ça fait cul-cul de le dire comme ça, j’en suis consciente mais que voulez-vous, c’est mon côté Libanaise-eau-de-rose), je poste ces souvenirs, et cette recette issue d’une tradition séculaire. Je tiens la recette de ma mère, qui elle-même la tient de sa mère, qui elle-même… Bref, vous connaissez l’histoire. Ce n’est pas nouveau, mais j’ai envie d’apprendre à cuisiner ces plats du soleil : le taboulé, le babaganoush, les kebés, les baklavas, les maamouls et tant d’autres. Je veux continuer à faire vivre ces recettes- si précieuses. Et un jour, moi aussi, j’irais faire chier ma fille à la sortie de l’école en lui ramenant une boîte de ghraybehs… dans laquelle j’aurais pris soin de glisser un pain au chocolat.**

* Ma chérie
** Tribute to my mom and all the moms ! Ladies, you are the best !