Aaah ça fait longtemps que je ne vous avais pas cassé les oreilles avec mon FROM SCRATCH (à prononcer avec la grosse voix d’homme qui dit « COMING SOON » dans les bandes-annonces de films américains).

Pour ceux qui l’aurait raté, j’aime bien faire des trucs maison FROM SCRATCH donc, comme du fromage : le mascarpone et le labneh, de la brioche maison et des pâtes fraîches ici et . Et comme à chaque automne, l’envie de refaire du pain maison me titille.
Oui, nous somme en avril et c’est officiellement le printemps, mais la demoiselle a été occupée, a repoussée, a procrastinée et ce n’est que la semaine dernière qu’elle s’y est enfin remis. D’un coup, ça ne pouvait plus attendre : il fallait que je fasse du pain, du tcheurek** et du beurre maison ! Opération boulange 2013.

Bon, pour le beurre, faute d’avoir trouvé de la double crème (ou crème Devon)* près de chez moi, j’ai repoussé à plus tard mais pour le reste : j’ai la preuve en images !



Mon pain maison : 700 g et des brouettes à la naissance. Les yeux courbes de sa mère.

Faire du pain maison sans pétrissage a apparemment été très tendance sur la blogosphère bouffe vers 2006, année où j’étais plus occupée à manger du pain qu’à en faire. La source de cet engouement ? Cet article publié sur le New-York Times (je vous en reparle plus bas).

Vous le savez bien, sur Christelle is flabbergasting, on se fout de la tendance (ma penderie confirme)(une vraie fille, hein)… et ça fait longtemps que je voyais passer des recettes avec la technique dite du « dutch oven » (littéralement « four Néerlandais ») : c’est-à-dire du pain qu’on cuit dans une casserole en fonte dans le four. Cette technique permet en quelque sorte de créer un double four propice à une cuisson humide toute indiquée pour obtenir un pain croustillant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur.

Ça me tentait, vous ne pouvez même pas savoir comment ! Mais je n’avais pas de casserole « dutch-oven«  jusqu’à il y a quelques semaines où, invitée à la Food Bloggers Conference 2013 par Kitchen Aid Canada (c’est le week-end qui arrive ! J’ai hâte !! Ça promet d’être très cool-ambiance bon enfant, je vous en reparle très vite !), je reçoive un ensemble de casseroles Nordic Ware en cadeau : j’ai déballé la boîte, j’ai vu la casserole Dutch Oven en alu (beaucoup plus légère qu’un Le Creuset pour exactement le même type d’usage) et j’ai pensé : PAIN ! Pain. Pain. Pain. Pain ! \o/

Je m’étais promis de faire un article court (ahah) parce que j’ai du pain sur la planche (ahah-bis) alors j’essaye de tout vous raconter vite :

– Ce pain permet donc de se passer de l’étape du pétrissage (qui peut être très fastidieux pour certains, moi j’aime beaucoup !) et est très facile à réaliser (deux étapes de moins de 20 minutes chacune !).

– Si vous avez déjà fait du pain, vous trouverez sans doute la pâte très humide – mais c’est voulu, this is where the magic happens comme disent nos amis anglais. Par contre, l’arnaque, c’est qu’il faut si prendre à l’avance. Genre, avez-vous 18h devant vous ? Non, ça n’est pas une blague.

Naaan, mais revenez !! Il y a de l’espoir.

Suite à l’énorme succès de cette recette, Mark Bittman du New-York Times et Jim Lahey, boulanger à la Sullivan Streek Bakery, ont posté une version révisée de la recette (en vidéo ici). Magie encore : en ajoutant un peu de vinaigre de vin rouge à la pâte et en remplaçant l’eau froide par de l’eau chaude, on peut laisser gonfler le pain 4 heures au lieu des 18 heures initiales et arriver au même bon résultat; à la sainte trinité du pain, à savoir : une mie moelleuse + aérée + une croûte croustillante.

À votre avis, quelle recette j’ai essayé ? L’originale ou la révisée ?
Eh ben,  un genre d’entre deux (on ne se refait pas) : j’ai utilisé le vinaigre de vin rouge et l’eau chaude, mais après les 4 h de levée, il était 23h et je me suis dit : « je préfère dooonc beeen regarder un 19-2 au lit plutôt que de pétrir mon pain ». Je l’ai donc laissé lever pendant la nuit, en tout quelque chose comme 12 h, et pour conclure (parce que je viens encore d’écrire un trop long paragraphe) : même si j’ai trouvé ma pâte un peu trop collante en la disposant dans ma casserole (je pense que j’aurais pu mettre un poil plus de farine), elle a levée comme un chef. Le bon goût de levain était au rendez-vous et la miche était croustillante à l’extérieurmoelleuse à l’intérieur et terriblement fraîche durant les 4 jours de sa vie.

Bref, ça vaut vraiment, vraiment, le coup d’attendre. Et la prochaine fois, je ferais mieux. Mon pain sera complet (les farines ne lèvent pas toutes de la même façon et je voulais tester la recette originale avant de prendre des libertés) et plus beau encore. Je vous tiens au courant.

Voilà, je pense que vous avez saisi : j’adore faire du pain maison. Et le manger (évidence, je crie ton nom !) D’ailleurs, je participe à la première Masterclass Mixeur (je vous en parlais là) sur… la boulangerie ! Le genre d’activité qui promet ! Je vous conseille de garder un oeil sur les masterclass à venir, si la bouffe vous intéresse… mais ça doit bien un peu, si vous lisez les tartines que je poste sur mon blog !

À bientôt et d’ici là… bonne boulange, j’espère !

_________________________

* Je suis à peu près sûre qu’on en trouve à la fromagerie Hamel des marchés Jean Talon et Atwater, à Montréal, mais j’avais trop la flemme d’y aller.

** J’ai troqué la recette inspirée de Gontran Cherrier + des conseils de ma mère contre celle de ma marraine (j’ai appelé ma mère pour SA recette, qui a appelé ma marraine pour SA recette, qui me l’a donné… je trouve ça très drôle). Résultat sans appel : Marraine 1 – Gontran 0 – ça vous intéresse un billet avec la recette révisée ? Allez, dites oui, je culpabiliserais moins d’avoir boulotter de la brioche pendant toute la semaine !