Les enfants, j’ai mangé un truc trop bon.

Tout a commencé par une recette que l’Homme à trouvé dans son magazine GQ (oui, l’Homme fait attention à son style)(parfois même plus que moi !)(il va me tuer quand il va lire ça).

BREF. La recette du GQ.

L’homme me dit : « Regarde, ça serait bien si on faisait cette recette ! »*
Un rapide scannage des ingrédients et du mode de préparation m’a tout de suite fait penser aux mots « facile » et « savoureux« .
Du porc effiloché. De la salsa verde. De la coriandre. Un peu de piment.
Et en plus, ça mijote.
Et les trucs qui mijotent, moi, j’adore. Tu le fais, tu l’oublies sur feu doux et 4 heures après, tu te tapes les foufounes** par terre tellement c’est bon.

La semaine dernière, lors de ma mission au marché, j’avais justement vu et acheté des tomatillos en prévision de la recette (rendez-vous compte : il me montre la recette ET juste après je vois des tomatillos au marché ! Je ne sais pas vous, mais pour moi le destin me fait signe quelque part).

Je n’avais pas forcément prévu de partager la recette sur le blog. Il fallait d’abord que ça passe le test papilles. Et puis bon, ça à l’air un peu d’un ragoût brun… mais l’Homme a dit au moins quatre fois « C’est vraiment bon !« … et moi je lui ferais confiance si j’étais vous. (nan parce que ça n’est peut-être pas rose ni petit ni mignon, mais… c’est vraiment bon ! (petit clin d’œil à Cléa et Esterelle !)

Évidemment, si vous êtes végétariens et que vous n’aimez ni la coriandre ni le piment ni la cuisine Mexicaine… passez votre chemin ! (quoiqu’on peut se passer de la coriandre)

Mais bon, je veux pas être méchante, mais entre nous, les gens qui n’aiment pas la coriandre ne savent pas ce qu’ils ratent dans la vie (on peut quand même rester copains si vous n’aimez pas la coriandre, dites ?)

Pour ce qui est du piment, la recette originale fait appel aux fameux jalapeños mais j’ai toute une cargaison de petits piments rouges chez moi, alors je les ai allègrement remplacés. Avec 3 petits piments, on avait la bouche qui piquait juste assez.

Et puis, si vous voulez épater la galerie (je pense que ça fonctionnerait pas mal avec une galerie masculine d’ailleurs), ce chili verde est tout à fait conseillé.
Le genre de bon plat consistant, facile à manger du bout de la fourchette ou dans une tortilla de maïs, et qui plait à tous et à tous les coups.

Allez, mettez-vous un bon Ring of Fire de Johnny Cash et filez au fourneaux.***

P.S : J’dis ça, j’dis rien mais… pulled pork will be back!
_____________________

* « Tu fais, on mange » serait plus approprié.
** Les foufounes Québécoises ou « les fefesses » quoi.
*** Ce que j’ai fait et que j’ai trouvé très bien… Bon, si vous n’aimez pas Johnny Cash, c’est comme la coriandre, hein… ;)